Note :
5
Niveau :
Commentaires : 0
Rédacteur : kaneda56 - Auteur : kaneda56 -
Ultimarc :: Utiliser la solution J-pac + ArcadeVGA

Monter un PC dans une borne en utilisant le couple J-PAC – ArcadeVGA d’Ultimarc

Devant le nombre grandissant de demandes venant de débutants dans le domaine, et vu qu’il n’existe, contrairement au PC2JAMMA, aucun tuto qui décrive la marche à suivre pour brancher et configurer le matériel Ultimarc, nous avons élaboré un petit tuto qui, nous l'espérons, répondra à vos attentes.

Présentation du matériel

Qu'est-ce qu’une ArcadeVGA ?

Comme beaucoup le savent déjà, une ArcadeVGA est une carte graphique pour PC conçue pour fonctionner sur un moniteur arcade ou une télé. Elle existe en format AGP, et depuis peu en PCI Express. Cette carte n’existe PAS en PCI, inutile de vouloir utiliser cette solution avec un PC venu d'outre-tombe !

L’ArcadeVGA est à la base une ATI Radeon dont le BIOS a été modifié pour pouvoir sortir un signal vidéo à 15Khz (fréquence de balayage horizontale), adapté aux téléviseurs et moniteurs cathodiques, en lieu et place du traditionnel 31Khz adapté aux moniteurs de PC.
En outre, elle supporte en natif les résolutions exactes d’un grand nombre de jeux d’arcade de la grande époque (mis à part quelques rares exceptions). L’ArcadeVGA est donc capable de reproduire au pixel près un jeu d’arcade via un émulateur comme MAME.
Cette carte a été successivement basée sur trois générations de chips graphiques ATI : Radeon 7000, Radeon 9200/9250 (AGP) et Radeon X550 (PCI Express).

ArcadeVGA 2 ?

La version actuellement distribuée est la version 2, qui contient des améliorations assez anecdotiques, comme la gestion de la fréquence 25khz, (aucun jeu utilisant cette fréquence n'est encore émulé correctement) et de pouvoir lancer des jeux dans leur résolution d'origine sur écran PC (ce qui n'est pas vraiment le but à la base). Toutefois, les versions basées sur le chipset X550 en PCI Express sont bien plus puissantes en 3D, si vous comptez faire tourner des émulateurs optimisés Direct3D comme Zinc ou Nebula Model c'est ce modèle qu'il vous faut !

Qu'est-ce que le J-PAC ?

Le J-PAC est avant tout une interface : il sert de relai pour relier une borne d’arcade JAMMA classique à un PC. En effet, dans une borne classique, tout passe par cette grosse prise appelée peigne JAMMA : vidéo, contrôles et son.
Grâce au J-PAC, il est donc possible de brancher un PC à une borne sans avoir à modifier quoi que ce soit sur cette dernière : il y a d’un côté une fiche JAMMA mâle, à connecter sur la borne, et de l’autre coté une entrée VGA pour connecter la carte graphique du PC, un port PS2 qui se branche soit sur le port clavier soit sur l’USB du PC (le J-PAC se comporte comme un hack clavier, chaque touche appuyée sur la borne sera interprétée comme une touche de clavier pressée), et une entrée son pour envoyer les bruitages et les musiques directement sur les hauts parleurs de la borne.

Quelques détails de conception

Il existe plusieurs révisions de J-PAC, si d'aventure vous souhaitez l'acheter d'occasion faites très attention : les toutes premières séries n'avaient pas d'amplificateur vidéo. Par la suite, la configuration s'effectuait par le biais de jumpers (cavaliers en français) sur la PCB, comme l'assignation des boutons (deux positions : « MAME » et « alt », pas de changement de configuration à la volée) ou le choix du mode de connexion (USB ou PS/2). Les dernières séries sont reconnaissables à l'absence de jumpers (exception faite du choix des fréquences horizontales sur lesquelles le J-PAC doit synchroniser) et la présence d'une « Self Test LED » qui permet de contrôler le bon fonctionnement et/ou d'identifier les problèmes éventuels.

 

On peut distinguer deux grosses chips sur la PCB : la plus gros s'occupe des contrôles, et le plus petit de la vidéo. Généralement c'est le gros qui prend cher en cas de branchement à l'envers sur le JAMMA ! En cas de défectuosité il est possible de commander des puces de remplacement sur le site d'Ultimarc à cette adresse :

http://www.ultimarc.com/JShopServer/section.php?xSec=5

Attention de bien identifier le modèle de votre J-PAC avant !

Pourquoi faire le choix du couple J-PAC + ArcadeVGA ?

Les Désavantages

  • Le prix

    C'est le principal grief contre Ultimarc : il vous en coutera environ 150 euros (frais de port inclus) pour cette double solution.
    Astuce qui vaut son pesant de cacahuètes : quand vous commandez votre matériel sur ultimarc.com, n'hésitez pas à utiliser la solution de paiement Paypal, et de régler en dollars. Une solution un peu capilotractée (pas de remarque sur mon goût prononcé pour les néologismes s.v.p. :D) qui vous fera bénéficier de l'excellent cours actuel du dollar et économiser au moins une vingtaine d'euros !

  • Windows Compliant

    L’ArcadeVGA n’est réellement utile que sur un PC sous Windows. Sous DOS, n’importe quelle carte VGA, avec le petit soft « arcmon.sys » et un émulateur performant comme AdvanceMAME aboutira au même résultat. Récemment, un logiciel nommé « Soft 15khz » semble très prometteur car il permet d’obtenir, de manière nettement plus pratique que le compliqué Powerstrip, du 15khz sous Windows. Toutefois, si vous n’êtes pas bricoleur et assez peu enclin à passer des heures à régler des softs, tournez-vous vers une ArcadeVGA.

  • Quelques limitations techniques

    Cette carte a également pour désavantage de ne pas supporter les résolutions 320/200, 320/240, et 400/256 sous Windows, la raison invoquée par Ultimarc est que ces deux résolutions correspondent à des modes « double-scan » de DirectX qui ne sont pas souhaitables au niveau matériel. À la place, nous avons donc 321/200, 321/240 et 401/256, résolutions exotiques qui sont parfaitement bien supportées par MAME, en revanche certains autres émulateurs ne voudront pas en entendre parler ! Vous serez donc obligés de trouver une version de ces émulateurs « ArcadeVGA Compliant », ce qui est parfois ardu mais rarement impossible (ils sont trouvables notamment ici : http://www.localarcade.com/screenshotarchive/downloads_emus.htm). Nous préparons en ce moment un dossier sur les meilleurs émulateurs à utiliser avec votre ArcadeVGA, so stay tuned !
    Autre défaut constaté, certains émulateurs ou jeux tournant en VGA (640/480 progressif) supportent assez mal le 640/480 entrelacé de la carte et plantent lamentablement, comme Chankast (émulateur Dreamcast) ou encore le récent Virtua Tennis 3.

    Le tableau des résolutions supportées est visible sur le site d’Ultimarc : http://ultimarc.com/avgainst.html

Le J-PAC a deux défauts gênants :

  • Fiabilité?
  • D’après de nombreux témoignages, il apparaît particulièrement fragile. Il semble exister certaines séries défectueuses qui semblent claquer sans raison apparentes. Prenez garde à la mise à la terre de votre borne et surtout de votre moniteur car l’électricité résiduelle semble particulièrement dévastatrice.
    Vos +5V et +12V doivent être au-dessus de tout soupçon si vous décidez de ne pas les débrancher (c’est la méthode recommandée par Ultimarc pour garantir la survie de votre J-PAC, même si en théorie les pistes +12V et +5V du J-PAC partent dans le vide...). Il va sans dire que le brancher à l’envers est strictement contre indiqué, vous êtes surs de griller la grosse puce qui gère les contrôles… Remplacement obligatoire! Cette fragilité nous incite à vous conseiller de ne pas acheter ce produit d'occasion, ou d'en contrôler très sérieusement le fonctionnement avant !

  • Pas d'amplification audio
  • Deuxièmement, contrairement à son concurrent direct le PC2JAMMA, le J-PAC ne possède pas d’ampli audio intégré. Comprendre par là que si vous reliez la sortie son de votre PC directement au J-PAC, votre borne sera quasi muette. Il est donc nécessaire d’intercaler entre la sortie son du PC et le J-PAC un amplificateur sonore.

 

Les Avantages

  • Quasi Plug and Play
  • Avec le duo ArcadeVGA/J-PAC (et en veillant à ne pas se gourer dans le montage, tout à la fébrilité de refaire une partie nostalgique de Pang ou de Ghouls'N Ghosts) relier un PC à une borne est un jeu d’enfant. Vous aurez immédiatement une image. Installez le driver de l’ArcadeVGA, quelques réglages dans votre émulateur et votre session oldschool peut commencer. Ce couple est le plus adapté à un PC sous Windows, où les solutions software comme Powerstrip ne sont ni souples, ni parfaites au niveau rendu (encore une fois, le récent « soft 15khz » semble mieux remplir ce rôle que ses prédécesseurs).

  • Rendu « Arcade Perfect »
  • L’ArcadeVGA supporte un grand nombre de résolutions arcade : votre jeu a toutes les chances d’être visuellement fidèle à 99% au jeu que vous avez connu étant môme. Pour les quelques jeux que MAME ne lance pas à la résolution souhaitée (par exemple Golden Axe 2), nous vous conseillons le petit soft « MAME Resolution Tool » qui fera le boulot de configuration à votre place (dispo à cette adresse en même temps que l'excellent frontend Mamewah : http://mamewah.mameworld.net/downloads.htm ). De plus, si vous avez la chance de posséder un moniteur tri-fréquence, vous pouvez débloquer à l'aide d'un patch le mode 31khz pour les hautes résolutions et avoir du 640/480 en progressif (du VGA, quoi) : vous pourrez donc jouer avec un maximum de confort et de fidélité aux jeux récents comme aux jeux anciens.

  • Raccourcis et reconfiguration à la volée
  • Le J-PAC se comporte comme un encodeur clavier réglé par défaut pour MAME : inutile de régler quoi que ce soit ni d’installer aucun driver, dès le lancement de votre jeu vous pourrez le contrôler à la manette ! En utilisant le soft fourni WINIPAC, vous pouvez même reconfigurer vos touches à la volée grâce à des configs prédéfinies, pour répondre aux besoins de vos différents émulateurs !
    Une innovation plaisante : le J-PAC comporte par défaut une touche « shift » : on peut assigner une fonction si l’on exerce une pression continue sur cette touche + une deuxième. Cette astuce permet d'éviter de garder un clavier branché dans la borne, ou de rajouter un bouton supplémentaire sur son panel.
    Ainsi, par défaut, c’est le bouton « Start 1 » qui est shifté : quand on reste appuyé sur ce bouton et qu’on appuie sur :

    • Start 2 : cela équivaut à « ESC » (permet de quitter MAME)
    • Bouton 1 du joueur 1 : équivaut à « 5 » (rajoute un crédit)
    • Direction « bas » du joueur 1 : équivaut à « P » (permet de mettre le jeu en pause)
    • Direction « droite » du joueur 1 : équivaut à « tabulation » (pour passer dans les options de MAME en cours de jeu)
    • Direction « gauche » du joueur 1 : équivaut à « Enter »
    • Direction « haut » du joueur 1 : équivaut à « ² » (permet d’ajuster le son, la luminosité de MAME en cours de jeu)
  • Amplification vidéo
  • Le J-PAC est fourni d’office avec un amplificateur vidéo intégré, contrairement au PC2JAMMA : en effet, un moniteur classique exige un signal de +5V, alors qu’une carte graphique ne produit qu’un petit +1V, l’image non amplifiée est alors très terne et peu lumineuse.
    Enfin, le J-PAC est compatible JAMMA, mais également JAMMA+ (il supporte un maximum de 4 boutons par joueur câblés sur le peigne JAMMA), et si votre borne n’est pas câblée correctement, un bornier permet de connecter directement les boutons supplémentaires. Il se démarque en cela du PC2JAMMA dont certains boutons ne répondent pas à la norme et sont câblés sur des emplacements initialement réservés à la masse, obligeant l’utilisateur à modifier physiquement son faisceau JAMMA s’il souhaite utiliser plus de trois boutons, et par là même de rendre sa borne incompatible avec certaines PCB...

Installation, trucs et astuces

Attention !! N'oubliez pas que toutes les manipulations de matériel doivent s'opérer hors tension, borne éteinte !

L’installation est relativement simple.

  1. Commençons par installer l’ArcadeVGA dans un slot AGP ou PCI express : c’est aussi facile que d’installer une carte graphique classique.
  2.  

  3. Brancher l’ArcadeVGA au J-PAC via le câble VGA fourni.
  4. Astuce : si vous montez astucieusement votre PC sur une planche, et sous réserve que votre ArcadeVGA ait une sortie vidéo déportée sur nappe comme la mienne, il est possible comme dans l’exemple ci-dessous, de se passer du câble VGA fourni avec le J-PAC, pour éviter un amas inutile de fils et avoir une installation clean.

     

  5. Brancher le J-PAC
  6. Brancher le J-PAC au port PS/2 clavier de la carte mère ou bien sur une prise USB, en fonction du câble que vous avez choisi lors de votre achat (Ne pas choisir USB si votre PC en est dépourvu ! Ok, c'est rare de nos jours, mais attention quand même! ;)). Contrairement au PC2JAMMA, Le J-PAC est alimenté par la prise PS/2 ou USB et non par le JAMMA. Il est donc indispensable de le brancher pour qu'il fonctionne.

    Branchement d'un J-PAC en PS/2.

    Branchement d'un J-PAC en USB.

     

    Attention : sur le J-PAC, il existe deux prises PS/2. L’une sert à relier le J-PAC au PC, l’autre à brancher un clavier PS/2 (et ainsi pouvoir l'utiliser pour configurer un émulateur, sous réserve que vous n'ayez pas de clavier USB en 2007, honte à vous) : veillez à ne pas les intervertir et à vérifier ce point devant un J-PAC qui ne semble pas fonctionner.

     

     

    Astuce : certaines personnes déplorent de ne pas pouvoir allumer leur PC en même temps que leur borne, et d’être obligées d’ouvrir cette dernière pour y accéder. Pensez au démarrage via une touche du clavier, option à régler dans le BIOS de la carte mère! Sur certaines cartes mères MSI par exemple, il est même possible de créer des « combinaisons » pour booter le PC. Ainsi, personnellement j’ai choisi d’appuyer sur start1, puis sur start2 pour lancer mon PC après avoir allumé ma borne. Notez que le J-PAC doit être branché en PS2 et non en USB pour profiter de ce type de démarrage.

     

  7. Cabler le son
  8. Brancher la sortie audio de l’amplificateur sonore (dont nous avons parlé plus haut) sur les borniers correspondants du J-PAC. Il est à noter que le JAMMA standard est câblé mono, et que par conséquent, le J-PAC l’est également et ne possède donc que deux borniers (+ et -), vous devez donc configurer la sortie son de votre PC en mono, et le brancher sur un ampli mono, lui même branché sur le J-PAC. Si votre borne est câblée en stéréo, il vous suffit d'utiliser un ampli stéréo et de câbler directement les sorties sur les enceintes et non sur le peigne JAMMA.

     

    Astuce : S'il est possible de brancher l'ampli son sur le +12V de l'alim du PC, je le déconseille fortement. En effet, cette méthode induit des bruits parasites impossibles à faire disparaitre, par exemple les accès du disque dur ou le déplacement de la souris s'entendent au sens propre de terme au niveau des enceintes de la borne ! Alimentation externe de rigueur pour un son pur donc !

     

  9. Si votre borne JAMMA a besoin de plus de trois boutons (ou plus de cinq boutons si votre borne est JAMMA+), vous pouvez câbler les boutons supplémentaires sur le bornier prévu à cet effet. Ci dessous exemple de branchement pour utiliser le connecteur spécifique sur AstroCity.

     

  10. Brancher la fiche JAMMA de la borne sur le J-PAC. Attention à ne pas vous tromper de sens, vous endommageriez automatiquement le gros chip du J-PAC qui gère les contrôles, son remplacement vous coutera 12 euros…
  11.  

Une configuration PC dans une borne, si elle est bien pensée, ne prend pas plus de place qu'une PCB classique et peut être facilement remplacé par un autre système arcade si le besoin se fait sentir. L'idée reçue selon laquelle transformer une borne JAMMA en « mamecab » est irréversible et dénature le meuble est totalement fausse! L'exemple ci dessous peut encore être optimisé au niveau poids et encombrement, notamment en utilisant une alimentation moins volumineuse et un disque dur de 2,5 pouces.

 

Une fois ce montage très simple effectué, l’allumage de la borne, puis du PC doit donner une image sur l’écran ! Ca scintille, pas de panique, c’est tout à fait normal car on ne peut afficher une résolution de 640/480 sur un écran 15khz qu'en utilisant l'entrelacement. Une fois Windows lancé, votre bureau s’affiche en quatre couleurs, là encore pas de panique, une installation des drivers résoudra tout ça. Veillez à installer les pilotes d’abord, puis l’ATI Control Panel APRES un redémarrage. N’hésitez pas à forcer l’installation des drivers en mode sans échec si Windows XP persiste à installer des drivers de Radeon classique (phénomène courant depuis les services pack 1 et 2 pour XP). Au redémarrage, Windows doit s'afficher correctement avec un nombre de couleurs décent. Normalement un petit soft, « Quickres » a également été installé, il se présente comme un petit icone de Galaga en bas à droit de la barre des taches, et vous permet de changer de résolution très rapidement en cliquant dessus.

 

Vous êtes parés, enjoy!

 

La configuration des émulateurs pour un rendu parfait sera l'objet d'un prochain dossier...

Attention : petite chose à savoir impérativement si vous comptez installer Windows avec le PC équipé Ultimarc branché sur la borne : par un bug très curieux, les premiers écrans bleus (ceux qui vous demandent de choisir la partition sur laquelle installer et si vous désirez formater votre disque) sont à moitié visibles : ils sont tronqués de la moitié inférieure ! Ne faites donc ce genre d’installation que si vous pouvez installer votre système les yeux fermés.

Voilà pour ce tuto, nous espérons qu’il aura été clair.

N'oubliez pas de toujours travailler borne éteinte si vous manipulez votre matériel !

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons